logo du syndicat des vignerons des côtes du rhone

média média média média

Accueil > Actualités > Actualités Régionales > Alerte au démarchage de vendanges fraîches

Actualités Régionales

Alerte au démarchage de vendanges fraîches

  • -
  • +
  •   
  • Imprimer
  •   
  • Réagir (0)
  •   
  • Facebook
  • 18-07-2014

 

Un communiqué commun signé des structures représentatives de la Coopération et du Syndicat des Côtes du Rhône met en garde contre le démarchage de vendanges fraîches par certains négociants. Avant de quitter la Coopération, il faut se poser les bonnes questions.

Demo 1


« Nous tenons à alerter les coopératives des manœuvres de certains négociants, notamment en Vallée du Rhône. En effet pour pallier à la pénurie de cépages, essentiels pour des vins à forte valeur ajoutée, ces négociants démarchent nos coopérateurs.
Nous condamnons fermement ces pratiques racoleuses induisant des risques de fraudes avérés et déstabilisant nos coopératives en les privant d’apports qui sont diviseurs de charge.
Ces agissements sont totalement inadmissibles. Dans la conjoncture actuelle, nos Vignerons Coopérateurs sont considérés comme des variables d’ajustement. Mais ils ne sont pas de simples fournisseurs de matière première, soumis au bon vouloir de ces acheteurs et laissés pour compte en cas de retournement du marché.
Il y va donc de la pérennité et de la notoriété de nos vignobles ainsi que de la crédibilité de notre profession.
De plus, au regard des statuts de la Coopération, il convient de rappeler aux adhérents l’obligation d’apport qui, si elle n’est pas respectée, est à même d’entraîner des sanctions financières et conduire à l’exclusion.
Ces pratiques conduisent à des dévoiements d’ordre économique et juridique que nous ne pouvons pas accepter.
Dés lors, nous vous demandons d’être particulièrement vigilant sur le sujet et de relayer ce message à vos adhérents en les informant sur les risques conséquents liés à un tel démarchage. »

Communiqué commun signé par Boris Calmette (Coop de France Languedoc-Roussillon), Pierre Combat (FDCC Drôme), Joël Reynaud (FDCC Vaucluse), Vincent Trouillas (Comité départemental Coop de France), Philippe Pellaton (Syndicat général des Côtes du Rhône)

Se poser les bonnes question avant de quitter la coopération
(article paru dans Le Vigneron des Côtes du Rhône n°838 de juillet/août 2014)

Le système coopératif est fondamental dans la production de vins en France,
en particulier dans notre région. Au fil du siècle, les caves coopératives se sont organisées politiquement pour s’adapter aux nouvelles demandes du marché. Elles sont devenues porteuses d’une politique d’innovation et de qualité pour répondre au mieux aux attentes de leurs consommateurs.
Les caves coopératives assurent aujourd’hui une représentation efficace et protectrice de leurs coopérateurs, lors des négociations avec les différents circuits de distribution. Avec notamment 65 % de volumes de productions en Côtes du Rhône issus des chais de caves coopératives, la filière viticole dispose d’arguments solides pour stabiliser le marché, revaloriser les cours et limiter les effets des crises.
La réussite sur le long terme de ces objectifs fixés par la coopération implique un engagement solidaire, loyal et sans faille de tous ses acteurs.
Si le viticulteur peut être tenté de sortir de la coopération pour vendre et faire vinifier son raisin à un prestataire dans le but d’obtenir un paiement rapide, d’autres paramètres importants doivent être pris en considération. Il doit alors se poser les bonnes questions, pour assurer la pérennité de son exploitation.

Un partenariat libre de tout engagement bénéficie-t-il à mon exploitation sur le long terme ?
Il convient de rappeler l’importance de l’engagement entre deux partenaires pour privilégier les ventes sur plusieurs années et assurer la longévité de sa structure. La coopération répond totalement à cette exigence en assurant la vente des récoltes livrées par ses associés tout au long de la durée de l’engagement, sur une base de prix équitable, à quantité et à qualité égale.
Une liberté de partenariat peut séduire de nombreux opérateurs mais cette liberté s’applique également pour le prestataire engagé sur une seule récolte. Ce type de contrat ponctuel n’assure en aucun cas la vente de son raisin pour les années à venir et n’engage pas le partenaire à pratiquer l’équité dans ses tarifs d’achat.
Si, en période de pénurie de raisins, le prestataire achète la totalité d’une récolte à un prix attractif, cette action ne l’engage pas l’année suivante à acquérir l’ensemble de la production de la même exploitation. La coopération évite les risques de ventes partielles puisqu’elle engage toute la production des opérateurs adhérents sur plusieurs années. La vision sur le long terme inhérente à la coopération, assure un bon approvisionnement des acheteurs et évite toute variation de prix.

Vendre sa récolte à un prestataire permet-il de simplifier les démarches ?
Avoir recours à de la prestation de vinification implique une bonne connaissance des démarches administratives qu’il convient de ne pas déléguer à la partie adverse. Chaque partie au contrat doit défendre ses droits et connaître ses obligations pour ne pas risquer d’engager sa responsabilité.
La coopération, née de la solidarité des hommes, met à disposition de ses adhérents toutes les ressources matérielles et humaines pour répondre aux exigences administratives inhérentes à l’activité viticole. Il faut ajouter que la vente de sa récolte à un prestataire vinificateur ne désengage pas le viticulteur du respect des contraintes liées au Cahier des charges notamment :
. Le respect des conditions d’encépagement (règles de proportions à l’exploitation),
. Le respect de l’aire de proximité immédiate (aire de vinification),
. Le respect du poids des bennes. En effet, si le poids est supérieure à 4,5 tonnes, une augmentation de la pression de contrôle de 50 % est prévue sur les produits (disposition prévue par le Plan d’inspection des appellations CDR et CDR Villages).

Comment préserver l’identité de mon exploitation inscrite dans une appellation prestigieuse ?
La cave coopérative appartient à ses coopérateurs qui conservent une liberté de choix dans la vinification et la valorisation des produits. Les bénéfices reviennent aux adhérents et pas à des investisseurs étrangers à la région.
La création de valeur reste dans la coopération et revient au coopérateur alors qu’en cas de prestation de vinification, il n’en bénéficie pas. Faire le choix de la coopération participe à la conservation de l’identité de son exploitation et de l’économie locale.

Des exigences statutaires
Les viticulteurs engagés dans la coopération doivent répondre aux exigences statutaires de la cave à laquelle ils adhèrent. L’article 8 des statuts rappelle notamment l’obligation d’apport prévu dans l’engagement initial pour chaque coopérateur, au risque de se voir appliquer des sanctions financières parfois lourdes, pouvant conduire à l’exclusion.  
Enfin, en cas d’inexécution de l’engagement d’activité du coopérateur, les statuts prévoient une participation aux frais fixes ayant vocation à couvrir le manque à gagner de la société coopérative.

L’échec d’une contractualisation pluri annuelle
Le Syndicat général des Côtes du Rhône a toujours été favorable à la contractualisation pluri annuelle. En effet, elle permet non seulement de sécuriser l’écoulement d’une partie des volumes mais aussi d’assurer un approvisionnement suffisant et régulier aux négociants. Elle  permet en outre aux deux parties d’assurer une certaine stabilité des cours et d’éviter ainsi toute variation trop brutale d’une année sur l’autre.  Malgré tous ces avantages,  lors du renouvellement des deux derniers accords interprofessionnels triennaux (2011/2013 et 2014/2016), aucun n’accord n’a été trouvé avec le négoce pour la mettre en place.

Equivalence entre cours du vin et prix du kilo de raisin
Méthode de calcul du prix raisin (€/kg): [Prix moyen - 20 €/hl frais vinification] divisé par 130 kg.

Côtes du Rhône régional rouge conventionnel :
Prix moyen millésime 2013 : 135 euros/hl
Equivalent prix du kilo de raisin : 0,89 euros/kg

Côtes du Rhône régional rouge bio :
Prix moyen millésime 2013 : 170,20 euros/hl
Equivalent prix du kilo de raisin : 1,15 euros/kg

Côtes du Rhône régional rosé :
Prix moyen millésime 2013 : 133,80 euros/hl
Equivalent prix du kilo de raisin : 0,87 euros/kg

Côtes du Rhône régional blanc :
Prix moyen millésime 2013 : 160,30 euros/hl
Equivalent prix du kilo de raisin : 1,08 euros/kg

Côtes du Rhône Villages rouge avec nom géographique :
Prix moyen millésime 2013 : 191,80 euros/hl
Equivalent prix du kilo de raisin : 1,32 euros/kg

Côtes du Rhône Villages rouge sans nom géographique :
Prix moyen millésime 2013 : 160,20 euros/hl
Equivalent prix du kilo de raisin : 1,08 euros/kg


Se poser les bonnes questions (Vigneron n°838)
Communiqué commun Alerte au démarchage de vendanges fraîches
Afficher tous les commentaires (0)

 
Actualités Nationales

Le nouvel arrêté Phytos est paru

Le nouvel arrêté encadrant la mise sur le marché et l'utilisation des produits phytosanitaires est paru le 7 mai 2017 au Journal officiel. Il abroge celui de septembre 2006 mais introduit peu de changements. En savoir plus


Prochaine PAC : quels enjeux pour la viticulture ?

Elle ne s’appliquera au plus tôt qu’en 2020 mais il faut s’y préparer dès maintenant. L’avenir de la Politique Agricole Commune (PAC) est le thème central du 1er Congrès national de la viticulture qui se déroulera le 6 et 7 juillet prochain à Bordeaux. En savoir plus


Comment la Cnaoc développe son influence au niveau national

La Confédération nationale des vignerons d'AOC (Cnaoc) est aujourd’hui un des interlocuteurs principaux des pouvoirs publics français et des parlementaires sur la politique viticole. A l'occasion des prochaines élections législatives, focus sur son travail au quotidien. En savoir plus


Un nouveau dispositif pour les plantations

Un arrêté du 27 février 2017 fixe les règles du régime d'autorisations de plantation en 2017. Explications sur le critère « Détournement de notoriété », les critères de priorités et autres nouveautés. En savoir plus


Bernard Angelras : L’IFV doit devenir le bras armé de la filière

Elu le 10 janvier dernier président de l’Institut Français de la Vigne et du vin (IFV), Bernard Angelras, président de l’ODG Costières de Nîmes, détaille les priorités de son mandat à venir. En savoir plus


Voir tous les articles


Paysages Actualités

Le 8 juin 2017 à Lirac : La Charte paysagère environnementale en action

Le 8 juin 2017 à Lirac, le Syndicat des Côtes du Rhône invite les vignerons à partager l'une des actions mises en œuvre dans le cadre de sa Charte paysagère environnementale : la mise en place d'un projet agroenvironnemental et paysager à Lirac. En savoir plus


Profitez des aides du PCAE en Région Auvergne-Rhône-Alpes

Le nouveau PCAE (Plan de compétitivité et d’adaptation des exploitations agricoles) de la Région Auvergne Rhône Alpes est sorti. Prenez connaissance des aides disponibles pour réaliser certains investissements (matériel neuf notamment) et mieux répondre aux exigences environnementales. En savoir plus


Profitez des aides du PCAE en Région Occitanie

Le nouveau PCAE (Plan de compétitivité et d’adaptation des exploitations agricoles) de la Région Occitanie est sorti. Prenez connaissance des aides disponibles pour réaliser certains investissements (matériel neuf notamment) et mieux répondre aux exigences environnementales. En savoir plus


Profitez des aides du PCAE en Région Paca

Le nouveau PCAE (Plan de compétitivité et d’adaptation des exploitations agricoles) de la Région Paca est sorti. Prenez connaissance des aides disponibles pour réaliser certains investissements (matériel neuf notamment) et mieux répondre aux exigences environnementales. En savoir plus


Profitez des aides du Plan Ecophyto II

Dans le cadre du Plan Ecophyto II 2016, les regroupements de vignerons (ODG, cave coopérative, association) peuvent obtenir un accompagnement financier pour l’animation de projets agro-écologiques. Dépôt de la demande avant le 15 décembre 2016. En savoir plus


Voir tous les articles


Marché

Documents utiles

Inter Rhône édite régulièrement des documents utiles pour les opérateurs de la Vallée du Rhône. Découvrez-les ! En savoir plus


Transactions hebdomadaires

Bilan des transactions de vins en vrac enregistrées chaque semaine par Inter Rhône. En savoir plus


Bulletin mensuel

Bilan des transactions de vin en vrac enregistrées chaque mois par Inter Rhône. En savoir plus


Sorties de chais

Sorties de chais de vins en vrac enregistrées chaque mois par Inter Rhône. En savoir plus


Statistiques

Données et statistiques sur les vins de la Vallée du Rhône. En savoir plus


Voir tous les articles