logo du syndicat des vignerons des côtes du rhone

média média média média

Accueil > Actualités > Actualités Nationales > Ouverture du « .vin » et « .wine » sur Internet : 6 questions pour bien comprendre les enjeux

Actualités Nationales

Ouverture du « .vin » et « .wine » sur Internet : 6 questions pour bien comprendre les enjeux

  • -
  • +
  •   
  • Imprimer
  •   
  • Réagir (0)
  •   
  • Facebook
  • 02-10-2014

 

Depuis plusieurs mois, le secteur viticole se mobilise pour obtenir la protection des Indications Géographiques (IG) sur Internet lors de l’ouverture des nouveaux noms de domaine « .vin » et « .wine ». Six questions-réponses pour bien comprendre les tenants et les aboutissants.


Comment fonctionne l’ICANN ?
L’Internet Corporation for Assigned Names and Numbers (ICANN) est une société de droit californien qui gère au niveau mondial l’ensemble des noms de domaine sur Internet. Elle a été créée en 1999 par le département du commerce des Etats-Unis. C’est le conseil d’administration de la société (16 personnes) qui vote les décisions majeures. Au sein de l’ICANN, quatre comités consultatifs émettent des avis non contraignants pour le conseil d’administration. Parmi ces comités, l’un représente les gouvernements : le GAC.

Qu’est-ce qu’un nom de domaine et pourquoi ouvrir le « .vin » et « .wine » ?
Un nom de domaine désigne un identifiant de domaine internet. Le système de classement des noms de domaine est hiérarchique. Il existe des noms de domaines de premier niveau nationaux identifiant un pays (« .fr », « .be »…) et des noms de domaine de premier niveau génériques désignant généralement un secteur d’activité (« .com » pour commerce, «.org » pour organisation à but non commercial…). Viennent ensuite les noms de domaine de second niveau, qui sont les noms d’adresses internet qui s’ajoutent avant les noms de domaine de premier niveau (ex : « paris.fr »).
Constatant la saturation des noms de domaine existants, l’ICANN a décidé d’ouvrir des nouveaux noms de domaine de premier niveau. Elle a lancé un appel à candidature, auquel ont répondu des sociétés dont l’activité sera tournée vers la vente de noms de domaine. Plus de 2000 nouveaux noms ont été proposés comme «.blog» ou «.mail ». Parmi ces propositions, 4 dossiers liés au secteur du vin ont été déposés. Trois sociétés sont en concurrence pour exploiter le « .wine » et une pour le « .vin ».

Pourquoi l’ouverture du « .vin » et du « .wine » pose problème ?
Ces nouveaux noms de domaine peuvent être source de développement économique pour le secteur vitivinicole, dont une partie du chiffre d’affaires est réalisée via Internet, tendance qui devrait s’accroître à l’avenir. Problème : les  trois sociétés candidates à l’exploitation du « .vin » et « .wine » ont indiqué qu’elles vendraient les noms de domaine de second niveau aux enchères, sans se soucier de la protection des IG.
Par conséquent, n’importe quelle entreprise ou individu pourra acheter un nom de second niveau correspondant à une appellation, par exemple « beaujolais.wine », et proposer à la vente des produits qui n’ont rien à voir avec l’appellation en question, voir avec du vin. Les risques concernent au premier chef les consommateurs (tromperies sur la marchandise), mais aussi les producteurs (risques de détournement de notoriété des appellations d’origine, voire même de cybersquatting). Certains noms de domaine pourraient même être achetés à des fins spéculatives.

Quelles sont les positions défendues par les gouvernements ?
Sur ce sujet, la communauté internationale est divisée en deux camps et s’opposent au sein du GAC. D’un coté, l’Union Européenne, les Etats Africains francophones et les Etats d’Amérique Latine, qui s’opposent à la délégation tant que la protection des IG n’est pas assurée et défendent un internet régulé. De l’autre 3 pays – les Etats-Unis, la Nouvelle-Zélande et l’Australie – qui soutiennent une délégation sans condition des deux extensions au nom d’un soi-disant internet libre.
Lors de la dernière session de l’ICANN à Londres au mois de juin, la France s’est vivement opposée à la délégation du « .vin » et du « .wine » en l’absence de protection des IG et a vigoureusement critiqué le fonctionnement opaque de la société californienne. Elle a même conditionné sa participation à la réforme de l’ICANN à la non délégation du « .vin » et du « .wine ». Les Etats européens (et la Suisse), qui ont rejoint les positions françaises concernant les extensions viticoles, n’ont cependant pas souhaité aller aussi loin sur leur participation à l’ICANN. Finalement, aucun consensus n’a pu être trouvé au sein du GAC et l’ICANN a décidé de poursuivre le processus de délégation malgré l’absence de protection des IG.

Quelles solutions reste-il pour empêcher la délégation ?
Plusieurs options sont envisageables pour suspendre le « .vin » et le « .wine ». Après la session de Londres, le secteur viticole et la Commission Européenne ont chacun entamé un recours amiable auprès de l’ICANN. Toujours en cours, cette procédure suspend le processus de délégation dans l’attente des conclusions des discussions (quelques semaines). Dans le cas d’un échec du recours amiable, il sera toujours possible d’entamer une procédure contentieuse : « l’Independant Review ».
Cette procédure consiste en une plainte contre l’ICANN pour atteinte à l’intérêt public. Elle permettrait de suspendre le processus de délégation pendant au moins 6 mois.
Enfin, la dernière solution serait d’obtenir un consensus au sein du GAC. Alors que cette option était encore inenvisageable il y a quelques semaines, la mobilisation des viticulteurs américains contre une délégation sans protection des IG pourrait inverser les rapports de force. Plus de 2000 wineries sont mobilisées aux cotés des viticulteurs européens et plusieurs membres du congrès américain sont intervenus auprès du gouvernement américain. Un argument de poids en vue de la prochaine session de l’ICANN à Los Angeles du 12 au 16 octobre prochain.

Pourquoi le dossier du « .vin » et du « .wine » dépasse la sphère viticole ?
L’ampleur prise par le dossier du .vin » et du « .wine » soulève de nouvelles interrogations. Le débat a débordé de la simple sphère viticole pour rejoindre celui de la gouvernance de l’internet et des règles qui s’appliquent sur la toile. La France et l’Union Européenne ont dénoncé à de nombreuses reprises l’opacité qui pèse sur le fonctionnement de l’ICANN, qui reste sous forte influence du gouvernement américain.
La question de la protection des IG sur internet se pose également pour d’autres nouvelles extensions génériques comme le « .food » ou le « .coffe » et se posera sans doute à nouveau si l’ICANN lance en 2016 un deuxième cycle de création de noms de domaine. Enfin, les discussions parfois tendues sur ce dossier ont mis l’enjeu de la protection des IG au cœur des négociations entre l’Union Européenne et les Etats-Unis pour la mise en place d’une zone de libre échange.

Dossier réalisé Jean-Benoît Kremer (Cnaoc)


Afficher tous les commentaires (0)

 
Actualités Régionales

5e Communiqué : La Flavescence dorée progresse encore fortement

Le bilan au 20 octobre 2017 des prospections flavescence dorée dans les départements du sud de la Vallée du Rhône fait apparaître de nouvelles parcelles contaminées par la maladie. En savoir plus


Châteauneuf-du-Pape : une année exceptionnelle pour les transactions foncières

Durant l’année 2017, 5 % du vignoble a changé de mains. Du jamais vu. Sur 3 200 ha c’est près de 150 ha de Châteauneuf-du-Pape qui ont été négociés. En savoir plus


Prélèvements en eau : dernière chance de régularisation

Si vous prélevez de l’eau dans un cours d’eau, une source, une nappe superficielle ou profonde situés sur le Vaucluse et une partie des départements 26, 04 et 05 (voir carte), vous devez le déclarer à votre Chambre d’agriculture avant le 1er décembre 2017. En savoir plus


Recrutons vignerons pour aider à lutter contre le dépérissement de la vigne !

Réunis autour du projet national « Mobilisation et Innovation vigneronne », les techniciens viticoles rhodaniens font appel aux vignerons pour les aider à lutter contre le dépérissement du vignoble. Toutes les bonnes volontés sont les bienvenues pour des échanges productifs et constructifs. En savoir plus


Octobre 2017 : Un Vigneron à ne pas manquer

Au sommaire du « Vigneron » d’octobre, le dossier économique annuel sur la santé des Côtes du Rhône. A lire également, des explications très complètes sur l’utilisation du VCI en complément de récolte et les interviews de Philippe Pellaton (production) et Etienne Maffre (négoce). En savoir plus


Voir tous les articles


Paysages Actualités

Une aide financière pour restaurer les cabanons de la Région Paca

Consciente de l'intérêt touristique et économique des cabanons, murets, lavoirs et autre petit patrimoine bâti, la Région Paca accorde une aide financière aux projets destinés à les restaurer et les valoriser. En savoir plus


Aide aux investissements agritouristiques dans la Drôme

Le département de la Drôme accompagne les exploitations et structures professionnelles agricoles dans leurs projets de valorisation des productions en accordant des subventions. Dépôt des dossiers avant le 13 octobre 2017. En savoir plus


Ecophyto II en région Paca : GIEE et Groupe
30 000

L’appel à projet de la Région PACA « GIEE et Groupe 30 000 » vise à reconnaître des groupes d’agriculteurs s’engageant dans la transition agro-écologique comme Groupement d’intérêt économique et environnemental (GIEE) ou comme Groupes 30 000. Dépôt des dossiers avant le 15 octobre 2017. En savoir plus


Ecophyto II en région Occitanie : Animation
30 000 - Occitanie 2017

L’appel à projet « Animation 30 000 – Occitanie 2017 » a pour objectif d’accompagner des exploitations agricoles réunies en collectifs, dits Groupes 30.000 au niveau national, dans leur transition vers des systèmes agro-écologiques à faible dépendance en produits phytosanitaires. En savoir plus


Le 8 juin 2017 à Lirac : La Charte paysagère environnementale en action

Le 8 juin 2017 à Lirac, le Syndicat des Côtes du Rhône invite les vignerons à partager l'une des actions mises en œuvre dans le cadre de sa Charte paysagère environnementale : la mise en place d'un projet agroenvironnemental et paysager à Lirac. En savoir plus


Voir tous les articles


Marché

Documents utiles

Inter Rhône édite régulièrement des documents utiles pour les opérateurs de la Vallée du Rhône. Découvrez-les ! En savoir plus


Transactions hebdomadaires

Bilan des transactions de vins en vrac enregistrées chaque semaine par Inter Rhône. En savoir plus


Bulletin mensuel

Bilan des transactions de vin en vrac enregistrées chaque mois par Inter Rhône. En savoir plus


Sorties de chais

Sorties de chais de vins en vrac enregistrées chaque mois par Inter Rhône. En savoir plus


Statistiques

Données et statistiques sur les vins de la Vallée du Rhône. En savoir plus


Voir tous les articles