logo du syndicat des vignerons des côtes du rhone

média média média

Accueil > Actualités > Actualités Nationales > Ouverture du « .vin » et « .wine » sur Internet : 6 questions pour bien comprendre les enjeux

Actualités Nationales

Ouverture du « .vin » et « .wine » sur Internet : 6 questions pour bien comprendre les enjeux

  • -
  • +
  •   
  • Imprimer
  •   
  • Réagir (0)
  •   
  • Facebook
  • LinkedIn
  • 02-10-2014

 

Depuis plusieurs mois, le secteur viticole se mobilise pour obtenir la protection des Indications Géographiques (IG) sur Internet lors de l’ouverture des nouveaux noms de domaine « .vin » et « .wine ». Six questions-réponses pour bien comprendre les tenants et les aboutissants.


Comment fonctionne l’ICANN ?
L’Internet Corporation for Assigned Names and Numbers (ICANN) est une société de droit californien qui gère au niveau mondial l’ensemble des noms de domaine sur Internet. Elle a été créée en 1999 par le département du commerce des Etats-Unis. C’est le conseil d’administration de la société (16 personnes) qui vote les décisions majeures. Au sein de l’ICANN, quatre comités consultatifs émettent des avis non contraignants pour le conseil d’administration. Parmi ces comités, l’un représente les gouvernements : le GAC.

Qu’est-ce qu’un nom de domaine et pourquoi ouvrir le « .vin » et « .wine » ?
Un nom de domaine désigne un identifiant de domaine internet. Le système de classement des noms de domaine est hiérarchique. Il existe des noms de domaines de premier niveau nationaux identifiant un pays (« .fr », « .be »…) et des noms de domaine de premier niveau génériques désignant généralement un secteur d’activité (« .com » pour commerce, «.org » pour organisation à but non commercial…). Viennent ensuite les noms de domaine de second niveau, qui sont les noms d’adresses internet qui s’ajoutent avant les noms de domaine de premier niveau (ex : « paris.fr »).
Constatant la saturation des noms de domaine existants, l’ICANN a décidé d’ouvrir des nouveaux noms de domaine de premier niveau. Elle a lancé un appel à candidature, auquel ont répondu des sociétés dont l’activité sera tournée vers la vente de noms de domaine. Plus de 2000 nouveaux noms ont été proposés comme «.blog» ou «.mail ». Parmi ces propositions, 4 dossiers liés au secteur du vin ont été déposés. Trois sociétés sont en concurrence pour exploiter le « .wine » et une pour le « .vin ».

Pourquoi l’ouverture du « .vin » et du « .wine » pose problème ?
Ces nouveaux noms de domaine peuvent être source de développement économique pour le secteur vitivinicole, dont une partie du chiffre d’affaires est réalisée via Internet, tendance qui devrait s’accroître à l’avenir. Problème : les  trois sociétés candidates à l’exploitation du « .vin » et « .wine » ont indiqué qu’elles vendraient les noms de domaine de second niveau aux enchères, sans se soucier de la protection des IG.
Par conséquent, n’importe quelle entreprise ou individu pourra acheter un nom de second niveau correspondant à une appellation, par exemple « beaujolais.wine », et proposer à la vente des produits qui n’ont rien à voir avec l’appellation en question, voir avec du vin. Les risques concernent au premier chef les consommateurs (tromperies sur la marchandise), mais aussi les producteurs (risques de détournement de notoriété des appellations d’origine, voire même de cybersquatting). Certains noms de domaine pourraient même être achetés à des fins spéculatives.

Quelles sont les positions défendues par les gouvernements ?
Sur ce sujet, la communauté internationale est divisée en deux camps et s’opposent au sein du GAC. D’un coté, l’Union Européenne, les Etats Africains francophones et les Etats d’Amérique Latine, qui s’opposent à la délégation tant que la protection des IG n’est pas assurée et défendent un internet régulé. De l’autre 3 pays – les Etats-Unis, la Nouvelle-Zélande et l’Australie – qui soutiennent une délégation sans condition des deux extensions au nom d’un soi-disant internet libre.
Lors de la dernière session de l’ICANN à Londres au mois de juin, la France s’est vivement opposée à la délégation du « .vin » et du « .wine » en l’absence de protection des IG et a vigoureusement critiqué le fonctionnement opaque de la société californienne. Elle a même conditionné sa participation à la réforme de l’ICANN à la non délégation du « .vin » et du « .wine ». Les Etats européens (et la Suisse), qui ont rejoint les positions françaises concernant les extensions viticoles, n’ont cependant pas souhaité aller aussi loin sur leur participation à l’ICANN. Finalement, aucun consensus n’a pu être trouvé au sein du GAC et l’ICANN a décidé de poursuivre le processus de délégation malgré l’absence de protection des IG.

Quelles solutions reste-il pour empêcher la délégation ?
Plusieurs options sont envisageables pour suspendre le « .vin » et le « .wine ». Après la session de Londres, le secteur viticole et la Commission Européenne ont chacun entamé un recours amiable auprès de l’ICANN. Toujours en cours, cette procédure suspend le processus de délégation dans l’attente des conclusions des discussions (quelques semaines). Dans le cas d’un échec du recours amiable, il sera toujours possible d’entamer une procédure contentieuse : « l’Independant Review ».
Cette procédure consiste en une plainte contre l’ICANN pour atteinte à l’intérêt public. Elle permettrait de suspendre le processus de délégation pendant au moins 6 mois.
Enfin, la dernière solution serait d’obtenir un consensus au sein du GAC. Alors que cette option était encore inenvisageable il y a quelques semaines, la mobilisation des viticulteurs américains contre une délégation sans protection des IG pourrait inverser les rapports de force. Plus de 2000 wineries sont mobilisées aux cotés des viticulteurs européens et plusieurs membres du congrès américain sont intervenus auprès du gouvernement américain. Un argument de poids en vue de la prochaine session de l’ICANN à Los Angeles du 12 au 16 octobre prochain.

Pourquoi le dossier du « .vin » et du « .wine » dépasse la sphère viticole ?
L’ampleur prise par le dossier du .vin » et du « .wine » soulève de nouvelles interrogations. Le débat a débordé de la simple sphère viticole pour rejoindre celui de la gouvernance de l’internet et des règles qui s’appliquent sur la toile. La France et l’Union Européenne ont dénoncé à de nombreuses reprises l’opacité qui pèse sur le fonctionnement de l’ICANN, qui reste sous forte influence du gouvernement américain.
La question de la protection des IG sur internet se pose également pour d’autres nouvelles extensions génériques comme le « .food » ou le « .coffe » et se posera sans doute à nouveau si l’ICANN lance en 2016 un deuxième cycle de création de noms de domaine. Enfin, les discussions parfois tendues sur ce dossier ont mis l’enjeu de la protection des IG au cœur des négociations entre l’Union Européenne et les Etats-Unis pour la mise en place d’une zone de libre échange.

Dossier réalisé Jean-Benoît Kremer (Cnaoc)


Afficher tous les commentaires (0)

 
Actualités Régionales

Vendanges 2020 : Autorisation d'irriguer dans les Côtes du Rhône

L'autorisation d'irriguer a été accordée par l'Inao aux AOC Côtes du Rhône et CDR Villages dès maintenant et jusqu'au 15 août 2020 au plus tard. En savoir plus


Le journal 2020 du stress hydrique en Côtes du Rhône

Consultez le journal du stress hydrique de la vigne en Côtes du Rhône. Situation au 29 juin 2020. A noter que le Syndicat général a fait une demande d'irrigation pour les Côtes du Rhône et CDR Villages auprès de l'Inao. En savoir plus


Arrêté préfectoral 2020 de lutte contre la flavescence dorée en Région Auvergne Rhône Alpes

L'arrêté préfectoral n°2020/06-01 précise les conditions de lutte contre la flavescence dorée en Région Auvergne Rhône Alpes pour la campagne 2020. Il définit les communes concernées et le nombre de traitements. Document de 30 pages. En savoir plus


Le Vigneron de juin 2020 : Irriguer pour mieux produire

Le Vigneron des Côtes du Rhône de juin publie un dossier sur l’irrigation. Egalement le Plan de relance pour les AOC rhodaniennes et le retour des moutons dans les vignes. Expédition aux abonnés le 11 juin. En savoir plus


Vaucluse : Lutte contre la flavescence dorée en 2020

Le premier communiqué organisant la lutte contre la flavescence dorée pour l'année 2020 en Région Provence-Alpes-Côte d'Azur, et donc dans le Vaucluse pour les AOC rhodaniennes, est paru le 27 mai 2020. Consultez-le en intégralité. En savoir plus


Voir tous les articles


Paysages Actualités

Aides 2020 PCAE en Occitanie

La programmation FEADER 2014-2020 touche à sa fin. Le nouveau PCAE 2020 (Plan de compétitivité et d’adaptation des exploitations agricoles) de la Région Occitanie est sorti. Prenez connaissance des aides disponibles pour réaliser certains investissements et mieux répondre aux exigences environnementales. En savoir plus


Aides PCAE 2020 en Région Auvergne Rhône Alpes

Le nouveau PCAE 2020 (Plan pour la compétitivité et l’adaptation des exploitations agricoles) de la Région ARA est sorti. Prenez connaissance des aides disponibles pour réaliser certains investissements et mieux répondre aux exigences environnementales. En savoir plus


Aides PCAE 2020 en Provence Alpes Côte d’Azur

La programmation FEADER 2014-2020 touche à sa fin. Le nouveau PCAE 2020 (Plan pour la compétitivité et l’adaptation des exploitations agricoles) de la Région PACA est sorti. Prenez connaissance des aides disponibles pour réaliser certains investissements et mieux répondre aux exigences environnementales. En savoir plus


Des aides pour restaurer le patrimoine rural en Paca

La Région Paca débloque une enveloppe de 500 000 euros en faveur du petit patrimoine bâti. Le dossier de demande peut être déposé jusqu’au 28 février 2019. En savoir plus


Rhône-Alpes : Des aides pour les non-éligibles au dispositif Feader

Pour les exploitants non-éligibles aux aides Feader, la Région Auvergne Rhône Alpes a instauré des aides spécifiques pour l'achat de matériel de production et de prévention des aléas climatiques (travail du sol, pulvérisateurs, filets para-grêle...). En savoir plus


Voir tous les articles


Marché

Documents utiles

Inter Rhône édite régulièrement des documents utiles pour les opérateurs de la Vallée du Rhône. Découvrez-les ! En savoir plus


Transactions hebdomadaires

Bilan des transactions de vins en vrac enregistrées chaque semaine par Inter Rhône. En savoir plus


Bulletin mensuel

Bilan des transactions de vin en vrac enregistrées chaque mois par Inter Rhône. En savoir plus


Sorties de chais

Sorties de chais de vins en vrac enregistrées chaque mois par Inter Rhône. En savoir plus


Chiffres clés

Données et statistiques sur les vins de la Vallée du Rhône. En savoir plus


Voir tous les articles