2020 sous le signe de la mobilisation contre la Taxe US

Modifié le 07/01/2020

Dans un message adressé aux adhérents d'Inter Rhône le 24 décembre dernier, le président Michel Chapoutier alerte sur les conséquences de la taxe US sur les vins et appelle à une mobilisation générale.

2020 sous le signe de la mobilisation contre la Taxe US
Chers adhérents,
Depuis le 18 octobre dernier, les vins tranquilles français de moins de 14°, qu’ils soient AOC, IGP ou vins de France, sont taxés à hauteur de 25% ad valorem sur le marché US. La cause de cette taxe : une compensation permise par l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC) du fait de subventions illégalement données par certains états membres de l’Union Européenne au consortium Airbus depuis près de 15 ans.
Les vins français se retrouvent donc au cœur d’une guerre économique dont ils ne sont nullement responsables, nullement coupables. Et comble de l’ironie, cette taxe se maintiendra jusqu’au règlement de l’affaire.
Il n’est pas peu dire que cette taxe pénalise et pénalisera toute l’économie viticole française, à un niveau dont personne n’a encore idée.
Si celle-ci se maintient (et elle est partie pour durer), par le principe américain de la distribution par la règle des trois tiers, ces 25% ad valorem au débarquement se transforment en + de 60% chez le commerçant.
Cette situation pourrait changer le profil de la filière viticole française.
Les US représentent le marché le plus dynamique et le plus valorisant pour toute la filière viticole, et ce, quelles que soient les régions. Cette taxe va conduire nos entreprises à réviser leurs plans d’action, très probablement à revoir leurs investissements matériels et immatériels ainsi qu’à réviser à la baisse leur chiffre d’affaires. Certaines entreprises ne s’en remettront pas. 
La filière viticole a sensibilisé, alerté, rencontré les ministres concernés.
Qu’ils soient de l’agriculture ou de l’économie, nous avons la nette impression qu’ils font fi de notre cas.
Qu’ils n’ont pas pris la réelle mesure de l’impact de cette taxe pour notre filière qui est une des toutes premières contributrices à la balance commerciale de la France.
Et cela ne fait que commencer : il semble à peu près acquis que pour le prochain carrousel de mi-février les champagnes, pétillants et vins entre 14 et 16% d’alcool rejoindraient la famille des produits taxés.
On parle là bien d’une taxe de 25%. Si le jugement de l’OMC permet de taxer jusqu’à 100% une liste de produits prédéfinis, il est très peu probable que des taux aussi prohibitifs soient mis en place. Au-delà, ce serait un embargo qui tuerait la poule aux œufs d’or.
Ne nous arrêtons pas aujourd’hui sur un chiffre mais bien sur cette menace qui quoi qu’il arrive affectera lourdement notre filière.

Une stratégie offensive
La stratégie de la filière doit changer. Personne ne nous écoute alors il nous faut engager une mobilisation plus offensive :
• Le premier point c’est la mobilisation interne.
Nous ne réussirons à valider les demandes de la filière qu’avec une forte mobilisation de toutes ses composantes, de tous ses acteurs, du vigneron à la presse, du distributeur de matériels à nos collaborateurs.
Il est donc important que tous soient informés des orientations que nous défendrons afin de pouvoir être mobilisés dans l’action le temps venu. Nos fournisseurs, nos salariés, nos proches ne se sentent pas encore concernés par la gravité de ces sanctions. Dans cette époque de fêtes et de vœux, il nous faut sensibiliser tout le monde et surtout nos élus locaux.
• Nous devons nous appuyer sur les médias : aujourd’hui, notre problème n’existe pas médiatiquement et cela facilite l’inertie des pouvoirs publics.
Nous devons construire une action médiatique nationale faisant apparaître l’iniquité de notre situation et la gravité de ses conséquences.
De même, il est important de mobiliser de façon coordonnée l’ensemble de la presse régionale.
• Il nous faut également se mobiliser sur la dimension juridique : des actions fortes et médiatisées doivent être mises en place au niveau national et dans nos régions avec l’ensemble de nos soutiens politiques. Elles doivent créer les conditions de la responsabilité juridique et financière d’Airbus mais aussi de l’Etat français.
Nous ne pouvons à ce stade exonérer le gouvernement de sa responsabilité.
En déclarant la guerre au président des USA sur divers sujets (OTAN, Taxe GAFA…..), notre filière est l’otage de cette politique.
Notre gouvernement a-t-il pris réellement la mesure de ses positions ? Nos dirigeants nous mettent-ils consciemment dans cette difficulté ? Il nous faut interpeller tout élu ou candidat LREM pour leur demander de se positionner sur cette « prise en otage de notre filière ».
Trouvent-ils normal que nous payons les sanctions de deux fautes successives de l’Etat français : les subventions Airbus et la taxe française GAFA ?
Et comble de tout : nous n’avons aucune garantie au plus haut niveau que l’Etat français ne verse plus de subventions à Airbus ; il est même plus que probable que l’Etat continue de perfuser Airbus malgré ses 3 milliards de bénéfices en 2018, ce qui serait un comble.
Chers adhérents, je vous propose que tous ensemble, nous nous mobilisions sans plus tarder pour faire entendre notre voix.
Dès à présent, arrêtons de parler d’une taxe à 100 % pour ne pas voir nos interlocuteurs relativiser une taxe plus probable à 25% qui sera déjà lourdement pénalisante pour nous tous. 

Michel CHAPOUTIER
Président d'Inter Rhône




Petites annonces

Vente/Achat Matériel divers 05/07/2020

Commandez vos registres de cave. Ils sont disponibles au Syndicat général des Côtes du Rhône (Maison des vins d’Avignon et/ou de Tain l’Hermitage) et coûtent de 6 à 13 € TTC selon le modèle.

Mail : syndicat-cotesdurhone@syndicat-cotesdurhone.com
Tél : 04 90 27 24 24

Vente/Achat Matériel divers 04/07/2020

Dépôt de capsules – SARL Serre, Chemin du Chêne (derrière le caveau) à Lirac. N’hésitez pas à contacter Annette Serre.

Tél : 06 86 75 78 85

Offre/Demande d'emploi 27/03/2019

L’ADEFA Drôme diffuse régulièrement une sélection d’OFFRES d’EMPLOI en production agricole et viticole en Drôme.
Les offres d’emploi sont en ligne sur www.anefa-emploi.org
Les candidats peuvent déposer leur profil sur www.anefa-emploi.org
ADEFA Drôme - 85 rue de la Forêt – 26 000 Valence - Site : adefa-drome@anefa.org